14.3.07

Col de la biche 2 et 3







TAB 2



(Marina, Nadia et Delphine viennent de finir la vaisselle-chanson. Retour de monsieur Vlacic)

Vlacic    Ah, mais ça y est, vous avez terminé la vaisselle ! Je ne vous ai même pas aidées ! J’ai honte. Mais je n’aurais pas fait mieux, dites !

Marina    (avec un air moqueur) Mais c’est normal, monsieur Vlacic, la vaisselle, c’est une affaire de femmes, tout le monde sait ça !

Vlacic    Mais ce n’est pas vrai, je ne pense pas cela du tout…

Marina    Je plaisante !

Nadia    Elle plaisante !

Les trois filles    On sait bien que vous êtes pas comme ça, monsieur Vlacic ! C’est pas un macho, monsieur Vlacic ! Chez lui, c’est lui qui fait la vaisselle, monsieur Vlacic !

Vlacic    (riant) Mais vous êtes diaboliques, ce soir ! Vous me faites rougir !… Dites, mesdemoiselles, je vais un petit quart d’heure dans ma tente, reposer mes jambes, j’ai trop mal aux pieds ! Ce n’est plus de mon age, les expéditions… Soyez gentilles, dites, ne faites pas trop de bruit, votre copine essaie de dormir un peu. Je ne sais pas ce qu’elle a, elle n’est pas très bien…

Marina    Pov’ choute, va !

Vlacic    Non, c’est vrai, elle est fatiguée, ça arrive ! Bon, je vous laisse, vous m’appelez, s’il se passe quelque chose.

Nadia    J’vois pas vraiment ce qui pourrait se passer, au sommet du Col de la Biche, 1523 mètres d’altitude, à 9 heures du soir !

Marina    Peut-être le grand méchant loup qui voudrait nous croquer tout cru ?

Delphine    C’est à quelle heure, déjà, qu’elle passe l’étoile ?

Vlacic    23 heures 27. De 23H 27 à 00H 14… Dites, si vous voyez que je me suis endormi, vous me réveillez, hein, vous ne la laissez pas passer sans moi !

Nadia    N’ayez crainte, vous avez bien dit que vous nous faisiez confiance, tout à l’heure ?

Vlacic    Bien sûr, je l’ai dit.

Marina    De toute façon, ça serait pas grave, elle repassera dans douze mille ans, alors…

Vlacic    Alors, je préfère la voir aujourd’hui ! Bon, à tout à l’heure, soyez sages.

Delphine    Dites, on peut regarder dans le télescope, en attendant ?

Vlacic    Oui, bien sûr ! Vous avez compris pour les réglages, hein ? Attention, c’est fragile…

Delphine    On a tout compris, on y fera attention, à la mécanique.

Marina    On va la dorloter !

(Vlacic s’éloigne puis disparaît dans la petite tente. Les trois filles se précipitent sur la lunette, la bousculant, la faisant tournoyer dangereusement)

Delphine    C’est moi qui l’ai demandée la première !

Marina    A moi ! C’est moi qui l’ai portée tout le long du chemin !

Nadia    Laissez- moi la ! Ca sera vite fait, j’ veux juste zyeuter la grosse, là-haut !

Delphine    Elle s’appelle pas la grosse ! C’est l’étoile polaire ! J’te la règle dessus, après, j’ te la passe…

Marina    Eh ! Touchez-y pas comme ça, avec vos mains pleines de doigts ! C’est à moi qu’y l’a confiée, c’est fragile, qu’il a dit !

(Elle saisit l’appareil à pleins bras, les autres la collent au plus près)

Delphine    C’est pas qu’à toi ! Laisse- la moi !

Nadia    Non, à moi, à moi !

(Armandine surgit de derrière la grande tente, sac au dos, lampe torche à la main)

Armandine     Hé ! du calme, taisez-vous, vous allez le réveiller.

(Les trois filles s’immobilisent, se tournent vers Armandine, font silence, reposent la lunette, regardent leur copine avec son paquetage)

Nadia    Déjà relevée, ça va mieux ?

Armandine    Parle moins fort, je t’ai dit

Marina    Qu’est-ce tu fous, avec ton sac ?

Armandine    J’ai un truc à faire, j’ me tire, voilà !

Delphine     Tu te tires ? Mais tu peux pas…

Armandine    C’est toi qui vas m’en empêcher, peut-être ?

Nadia    Mais où tu vas ?

Armandine    J’vais voir ma mère ; c’est son anniversaire aujourd’hui. J’veux la voir.

Nadia    J’croyais qu’elle avait pas le droit de te voir, tu m’avais dit…

Armandine    Justement, c’est pas juste ! Chuis sa fille, c’est ma mère…

Marina    Et ça t’a pris comme ça, en haut de la montagne, comme une envie de pisser ?

Nadia    Mais c’est toi qui as demandé à faire la sortie de ce soir, y t’ont pas forcée !

Armandine    Peut-être, mais depuis, y s’est passé des choses…

Marina    C’est quoi, qu’y s’est passé ?

Delphine    Depuis, y s’est passé que mademoiselle Geneviève s’est pété la cheville, et alors, ça change tout !

Armandine    Et alors, ça te gène ? Oui, si tu veux savoir, sans elle, c’est pas pareil. C’est mon éduc. Avec elle, je peux parler, elle m’aurait comprise. Mais elle est plus là alors j’en ai plus rien à faire de vos étoiles, de vot' pique- nique au grand air. C’est l’anniversaire de ma mère, j’ veux aller l’embrasser. J’ai le droit, non ?

Marina   C’est ça, c’est ton droit, mais viens pas chialer après si son mec y t’a encore tapé dessus…

Armandine    Ca, ma vieille, c’est mes ognons. J’veux voir ma mère, j' me casse, point barre !

Nadia    Et à monsieur Vlacic, on dit quoi ? Qu’ t’as été manger du gâteau d’anniversaire à cent bornes d’ici et qu’ tu reviens tout de suite après ? Merci du cadeau !

Armandine    C’que je vous demande, c’est de pas me balancer. Z’avez qu’à dire que je suis pas mieux, que je veux qu’on me laisse pioncer jusqu’à demain. Après…

Marina    Ca va être gai et joyeux, le réveil, demain matin ! Et encore, si Vlacic s’en rend pas compte avant !

Armandine    De toute façon, vous y êtes pour rien, c’est moi qui me trisse, c’est pas vous… Même pas vous m’avez vu partir ! Bon, c’est O.K, vous me couvrez le plus longtemps possible ?

Marina    Ben, si on peut pas te faire changer d’avis…

Armandine    C’est comme si j’étais plus là !

Delphine    Mais t’as pensé aux cinq kilomètres dans la montagne, en pleine nuit ? Et quand tu s’ras en bas ?

Armandine    D’abord, j’ai ma loupiotte, le chemin, j’ l’ai fait à l’aller, j’ le f’rai au retour, chuis pas si tarte que ça, pis en bas, je f’rai du stop, c’est pas ça qui me fait peur !

Nadia    Du stop, à cette heure…

Armandine    T’inquiète, la nuit, tout le monde est pas sous sa couette ou les yeux braqués sur les étoiles filantes. Y’a aussi des gens qui vivent…

Marina    Ouais… Bon, allez, disparais, on s’occupe du reste. T’es vraiment un cas, toi !

Armandine    On est comme on est, on s’ refait pas !

Nadia    Bonne chance, vieille. (elle l’embrasse) Dis, si y voit quelque chose et qu’il appelle les flics ?

Armandine    Pas si bête ! Le portable, c’est moi qui l’ai, j’ lui ai chourré…

Delphine    T’es complètement chtarbée mais j’ t’aime bien. Tiens, une barre de chocolat, pour la route.

Armandine    Vous êtes sympas, les filles. Allez, à plus et « bonne étoile » quand-même !

Marina    Ca, c’est pas gagné ! Bon, ben, bonne chance et bon anniversaire à ta mère !

Armandine    Merci, tchao !

Les trois filles    Tchao !

(Armandine disparaît côté cour)












TAB 3



Nadia    Bon, ben voilà…

Delphine    Comme tu dis, y’a plus qu’à, faut qu’on… Assumer, le plus longtemps possible…

Marina    Ouais, enfin, faut pas pousser, on en a déjà fait d’autres. Des « ni vu ni connu, j ’t’ embrouille » ça s’ra pas la première fois… C’est vrai que ce soir, elle a fait fort, la mère Didine !

Delphine    Surtout ce soir, quoi !

Marina    Qu’est-ce qu’il a, ce soir ?

Delphine    Ben, chais pas, la sortie, l’accident de mademoiselle Geneviève, la comète, les douze mille ans…

Marina    Douze mille ans, douze mille ans, pour celle-là. T’en reverras d’autres, des machins, si y’a que ça qui t’intéresse… Tu crois que pour elle, c’est pas plus important, l’anniversaire de sa mère ? Des mères, on en a qu’une, quand on a la chance d’en avoir une ; des étoiles, y’en a des millions, des milliards, des tonnes, quoi ! En plus, si ça se trouve, c’est des conneries, on est là comme des andouilles pendant que notre copine…

Nadia    Ah, non ! Tu vas pas t’y mettre, toi aussi ! Qu’est-ce que tu veux ? Que nous aussi on se casse avec notre sac à dos et notre bougie, qu’on retourne chacune dans notre merde et qu’on laisse le vieux tout seul en haut de sa montagne avec son télescope et sa comète ? Il y croit, lui, à son étoile, y trouve ça beau et y veut nous en faire cadeau. J’trouve ça vachement sympa, il était pas obligé et nous, on avait qu’à pas accepter.
Alors maintenant, on est là, on joue le jeu jusqu’au bout ; elle, elle voit sa mère, lui, y voit son étoile, nous, on est des vachement p’tites gonzesses bien sages, on fait des « oh ! la belle bleue, oh ! la belle verte ! », on fait le maxi pour tenir le coup jusqu’à demain matin…

Marina    Et demain est un autre jour !

Delphine    Ouais. Ben n’empêche, moi, ça m’ fout la trouille.

Marina    Nous aussi on l’a, la trouille, mais on fait comme si, d’accord ?

Nadia   D’accord

Delphine    D’accord

Marina    Tope là, les filles !

(Elles se tapent les mains)




« Col de la Biche » Tab 2 et 3 Texte déposé à SACD/SCALA



av 2 et 3 suit










3 commentaires:

Kaikan a dit…

Bon, moi j' suis là à attendre l' étoile, un peu à l' écart et v'là que Didine, elle se met en tête de voir sa mère d' étoile, toute seule, dans la nuit et de faire du stop ...
J' les aime bien, moi, ces pisseuses ... Et M' sieur Vlacic qui se paye une p' tite sieste pendant ce temps ... Elle a un air de Muchette, Hombre, ta Didine ... Bon, j' fais quoi? J' pars derrière Didine, au cas où elle croiserait un loup ...
Tu m'diras ce qui se passe d' l' autre côté, dis Hombre ...
Je plonge à pieds joints dans ton conte ... J' espère qu' elle marche pas trop vite, Didine, c' est qu' j' ai plus 20 ans moi ...

hombre a dit…

Merci, Kaïkan, d'accompagner Didine dans son escapade mais n'oublie pas ta loupiotte non plus parce que la demoiselle n'a pas trop le sens de l'orientation (faut dire qu'en pleine nuit et dans un coin qu'elle connait pas vraiment...)
J'essaie de déposer un nouvel épisode demain mais y faut que je bricole dans la pâte à modeler pour les illustrations et c'est le plus dur pour moi!
Bisous et merci encore pour ta présence en cette nuit bien spéciale.

Kaikan a dit…

Alors, j' te dis pas, Hombre, on est mal barre, j' ai pas le sens de l' orientation non plus ... Mais alors, vraiment pas ...
Bah , on se débrouillera, j' espère ...
Tendresse à toi, Hombre ...
Je t' imagine les mains dans la pâte à modeler ... ça me met un peu de baume au coeur ...(secret : je suis triste ce soir ...)