25.3.07

Col de la Biche Tab 5









TAB 5



(La scène est plongée dans l’ombre ; une lumière de lampe torche apparaît derrière le public. C’est Armandine dans le chemin de la montagne)

 
Armandine     C’est pas possible ! Y z’ont rajouté des kilomètres depuis c’t’ après-midi ! Ca fait une heure que je me traîne dans la caillasse et chuis même pas arrivée au petit pont de la rivière. Même pas je l’entends, leur rivière ! Tout à l’heure, elle faisait un boucan du diable et là, rien ! On l’arrête quand même pas de couler la nuit, pour laisser dormir les marmottes !
Si ça se trouve, j’ me suis plantée en traversant la forêt. Parce que dans la forêt, merci ! des arbres, des arbres, encore des arbres ! Et des ronces qui vous accrochent par la veste, et des branches mortes qui vous font des croche-pied, et des branches pas mortes qui vous foutent des coups sur la tête ! Tu parles, dans tout ce fouillis, y’a de quoi se gourer de chemin. Si on peut appeler ça des chemins ! Même les bestiaux, y doivent pas s’y retrouver, tellement c’est pas large et que ça te fait des contours et des zigzags !
Merde ! Les sangliers ! J’y avais pas pensé, aux sangliers ! C’est dangereux, ça, les sangliers ! Si ça se trouve, quand ça a les crocs, ça bouffe les gens ! (Hurlant) Hé ! Barrez vous, bande de sales bêtes, foutez le camp ! Chuis pas un casse-dalle à sanglier ! Chuis sûre qu’y’ en a par là…

(Elle tape du pied, fait des moulinets avec son sac à dos)

AAAAARRRRR ! BBRRRRR ! OUAAAAH ! OUAAAHH !

(Elle se met à reculer en continuant ses cris, ses invectives)

Foutez-moi la paix ! J’veux aller voir ma mère ! Allez, à la niche, tout doux, tout doux, gentil ! gentil !

(Elle hésite pour sortir : à droite ? à gauche ?)

De quel côté faut qu’ je tourne ? Par là ? Par là ?En tout cas, faut qu’ je descende, la route est tout en bas… Bon, allez, par là !

(Elle sort par le fond de la salle, réapparaît, le doigt tendu vers les buissons)

Et vous, les bestiaux, vous m’ suivez pas, compris ?

(Elle disparaît.)







« Col de la Biche » tab 5 Texte déposé à SACD/SCALA







av 5 suit

3 commentaires:

kaikan a dit…

Bon, v'là qu'y a p't'être des sangliers en plus ... ou un loup ...
C' est vrai qu' c' est pas rassurant, ces branches la nuit ...
Bon, j' suis pas une lâcheuse ...
J' te suis, Didine ...

hombre a dit…

Ben oui, dans la nuit, tout est possible, tout est en présomption d'existence... Fantasmes, peurs, frissons, creux au ventre, Armandine aurait bien besoin de réconfort. Mais ne pas vivre ces mêmes peurs serait peut-être rater une chance d'expérience...
Merci de la surveiller de loin, Kaïkan
Je t'embrasse.
Denis

Kaïkan a dit…

Je la suis doucement, en partage d' épreuves ... Je préfère le mot veiller avec elle plutôt que surveiller ... Tu vois, Hombre, on ne se refait pas ;-) ... Comment vas-tu ?